• Le chantier, commencé mi-juin, est sous haute sécurité. Jour et nuit, des agents veillent.

    C'est désormais officiel. Le grand parc aménagé sur l'ex-cokerie de Drocourt portera le nom on ne peut plus exotique de Parc des îles. Des îles qui sont justement en ce moment en train de sortir de terre avant d'être baignées d'eau. Mais certaines autorisations sont toujours en attente.

    La Parc des îles : ce n'était pas le nom « chouchou » d'Yves Coquelle, vice-président de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC) chargé des grands travaux, qui l'avait qualifié de « banal » et lui préférait Terre-îles Parc. « Mais ça ne plaisait pas à tout le monde. Et comme personne ne voulait se mouiller, on a tranché il y a un mois en commission, et on a finalement choisi Le Parc des îles. » Et c'est un peu avant que les travaux ont débuté sur l'ex-cokerie. Première étape de ce chantier de 17 mois : l'ensemble aquatique. Six hectares - des 50 hectares du parc - adossés au terril 205 se verront baigner dans 80 000 m³ d'eau. Un énorme bassin qui pourra servir aux amateurs de pêche, ponctué par sept îles thématiques, reliées par des passerelles et des chutes d'eau, sur un kilomètre de long. Depuis mi-juin, les gros engins et les quinze ouvriers de la société EPV, sous-traitant de SCREG chargé du terrassement, s'en donnent donc à coeur joie pour creuser le bassin et former les îles. Un spectacle impressionnant pour des travaux sous haute surveillance qui auraient dû commencer en mars mais qui ont été retardés pour des raisons... administratives.

    En effet, à cause d'éventuels risques de pollution de la nappe phréatique, la MISE (Mission interministérielle des services de l'eau) avait donné un avis défavorable. Mais se basant sur l'avis favorable de l'expert en hydrologie, la CAHC a commencé les travaux. Et n'attend plus que l'aval de la MISE, qui devait tomber en juillet, pour remplir le bassin. Le 25 août, une société anglaise s'installera sur le site pour préparer son géocomposite bentolitique : une matière plastique écologique pour satisfaire à la norme haute qualité environnemental du parc, et qui accueillera l'eau.

    Mais pourquoi cette précipitation pour commencer le chantier ? L'explication se trouve dans le budget et le calendrier. « Les travaux doivent durer 17 mois et l'obtention des crédits de l'État FEDER (Fonds européens de développement régional) est conditionnée selon une date butoir. Si nous n'avons pas terminé les travaux en juin 2008 maximum, nous n'obtiendrons pas les 2,5 millions d'euros nécessaires à la réalisation de Parc des îles », poursuit Yves Coquelle Donc, si les travaux ne commencent pas maintenant, c'est tout le parc qui est compromis. Un parc qui, selon la maquette, ne se réduit pas au bassin.
    Car la deuxième phase de travaux, la partie centrale, concerne un espace de plaine ponctué d'îlots boisé, dédié à la promenade. Quant à la troisième partie, il s'agit d'une prairie qui pourra accueillir un golf neuf trous par exemple.

    PAR ANNE-CLAIRE GUILAIN


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique